Now Reading
Jérôme Di Marino pour Carven / Jérôme Di Marino for Carven

Jérôme Di Marino pour Carven / Jérôme Di Marino for Carven

À tout juste 28 ans, Jerome Di Marino signe sous la direction de Francis Kurkdjian (son mentor) L’Eau Intense de Carven. Une fragrance qui intrigue rien que par son nom.

J’ai le plaisir de rencontrer ce jeune parfumeur dans un joli salon privé de l’hôtel de Nell, niché dans le IXème. L’occasion d’en savoir un peu plus sur son histoire, son parcours et ce dernier né des parfums Carven qui parle couramment l’oxymore olfactif.

J’ai posé mes valises à Paris.

Lorsque je lui demande où il a grandi, Jérôme me raconte qu’il a vécu un peu partout en France « C’est un peu compliqué… 10 ans en Haute Savoie, 10 ans à Nice et presque 10 ans à Paris ! ».

Cela me fait penser que ça va bientôt faire 6 ans que j’ai posé mes valises à Paris.

Comme moi, Jérôme Di Marino aime passionnément la capitale. Parce qu’elle inspire rien que par sa beauté et que c’est la ville de tous les possibles.

Si bien qu’il ne s’imagine pas retourner dans une autre région de France « juste pour la richesse culturelle qu’offre Paris ». Et c’est vrai, il y a milles et une raisons d’aimer et d’être aimé par Paris. Pour certains c’est amour des grands magasins et du shopping.

Pour Jérôme, ce sont les nombreuses expositions qui se renouvellent sans cesse qui l’anime, les belles adresses pour sortir, pour profiter, pour faire la fête, pour manger «juste la vie quoi».

En voilà une belle et épicurienne façon de célébrer la vie, j’adhère 🙂

Le point de départ.

Nous nous trouvons dans une pièce qui se fait discrète, à la croisée d’une jolie bibliothèque contemporaine et d’une salle de jeux pour intello… Des flacons du nouveau parfum et ses produits accompagnants ont été soigneusement disposés autour de nous, laissant flotter une ambiance de délicatesse.

J’ai toujours trouvé qu’il y avait quelque chose de poétique dans la composition d’un parfum. Et qu’au-delà de l’aspect chimique qui me fascine (tout ce qui m’échappe me fascine. En l’occurrence les sciences et les maths… au lycée, ce n’était pas le big love entre nous), il s’en dégage une aura sublime qui se rapproche de la poésie. Elle peut être douce sans être légère, prononcé sans être agressif, une véritable métaphore olfactive au combinaison infinie. 

Puis, quand elle s’écrit à quatre mains, elle devient quintessence.

D’ailleurs, ce n’est pas la première fois que Carven fait appel au pouvoir du travail d’équipe puisque qu’avec Francis, Jérôme a déjà co-signé Carven Absolu, le dernier parfum féminin de la Maison.

Une phrase de Colette me vient à l’esprit « La recherche du parfum ne suit pas d’autres voies que celles de l’obsession… ». Le jeune homme m’explique que le point de départ a été la formule du Carven pour Homme, un parfum que je connais, reconnaissable à sa face noire laquée. Je le porte souvent lorsque je me rends à des soirées. C’est un concentré d’élégance et de simplicité pour un sillage singulier.

Si L’eau Intense tire son inspiration de là, je sais d’ores et déjà que je vais l’ador..pter.

Une histoire, une inspiration

L’Eau Intense est donc une continuité de Carven pour Homme. « L’idée était de trouver un moyen d’apporter un nouveau contraste pour créer une nouvelle histoire et l’amener dans un univers olfactif différent, tout en conservant un fil conducteur avec l’histoire d’origine ».

Et comme pour pousser à l’extrême ce contraste, L’eau Intense s’habille de pureté graphique – de face, un blanc optique l’habille, telle une chemise imaginaire aux côtés transparents – tout en gardant la même forme épaulée, épurée et masculine que les autres flacons pour homme de la Maison.

Tout est une question d’équilibre

Dans la mode homme chez Carven, on trouve cette idée d’ambivalence entre dynamisme et décontraction. Côté parfum, elle se traduit par une dualité entre fraîcheur et intensité « L’exercice a été d’avoir un équilibre, un meilleur moyen d’exprimer un seul et même message de façon harmonieuse. ». Le résultat est-il au rendez-vous ? Sans aucun doute.

Pssschit (on me fait sentir L’Eau Intense). Je découvre ce nouveau jus. Jérôme, me fixe. Que dire ? Il sent bon, très bon… On rigole.

J’apprends que, comme en création, le processus de développement d’un parfum peut mettre des mois, jusqu’à des années avant de voir le jour, selon le degré de fantaisie et le challenge à relever.

Jérôme me raconte qu’avec Avec Francis Kurkdjian, leur pari a été de créer une fragrance tout en fraîcheur, à la fois intense et au sillage puissant et intriguant. Un travail qui a nécessité à peu près 8 mois. « La difficulté a vraiment été de trouver le bon équilibre, dans le sens où il est assez facile que l’un prenne le pas sur l’autre… Trouver le dosage le plus adéquat pour que le départ s’exprime forcément sans que le fond n’intervienne et inversement ».

L’oxymore olfactif

En rhétorique, l’oxymore est une figure de style qui rassemble en apparence deux mots contradictoires. Olfactivement, elle s’exprime par une note de pamplemousse “avec ses facettes amères  zestées”, de citron d’Italie, de menthe et des aldéhydes (quel joli mot) pour donner un effet très froid, presque glacial “ça, c’est pour la fraîcheur”.

Pour l’intensité, ils ont travaillé sur une note boisée – très racée – associée à des épices froides de cardamome, de gingembre “qui confèrent toute la signature. »

Je comprends que ce sont ces 2 facettes qui agissent en résonance et qui créent cet oxymore olfactif. Échec et mat (serai-je en train de renouer avec les sciences ? À quand les maths ?).

Un parfum solaire, d’usage quotidien

La personnalité de Jérôme Di Marino est à l’image de ce jus : frais, intense et subtile.

Je lui demande son avis sur ce parfum, le moment idéal pour le porter. Pour le jeune parfumeur, L’Eau Intense est un parfum du jour, d’usage quotidien, signé mais relativement accessible. “ Ce qui fait tout son charme. »

Contributeur photos : Jérémy Guetté

At just 28 years old, Jerôme Di Marino, under the direction of Francis Kurkdjian (his mentor), is launching L’Eau Intense (Intense Water) by Carven. A fragrance who’s name says it all.

I had the pleasure to meet this young perfumer in a beautiful private drawing room in the hotel Nell, tucked away in the ninth district of Paris. I wanted to learn more about the history, the process and the latest Carven creation who Di Marino describes frequently as an ‘olfactory oxymoron’.

I hung up my hat in Paris.

When I asked him where he grew up, Jerôme told me he lived a little bit everywhere in France, “It’s a bit complicated… 10 years in Haute Savoie, 10 years in Nice and almost 10 years in Paris !

This made me think that soon it will be 6 years that I’ve hung up my hat in Paris. Paris is nothing if not the place of beauty, inspiration and endless possibilities. Like me, Jerôme Di Marino is in madly in love with this city.

So much so, that he can’t imagine moving to another region of France, “just for the cultural richness that Paris offers”. And it’s true, there are a million and one reasons to love and be loved by Paris. For example, the love of the great shopping scene. But for Jerôme, it’s the endless number of exhibitions, the chic addresses where you can go out to enjoy yourself, to party, to eat, “just…life.”

There you have it, a beautiful and epicurean way to live life. I’m in!

See Also


The starting point.

We’re in a room discreet from the public, a cross between a chic modern library and the game room of a highbrow. The bottles of the new fragrance and its accompanying products were carefully displayed around us, leaving an ambiance of finesse floating in the air.

I always thought that there was something very poetic in the composition of a fragrance. Beyond the chemical aspect that is also fascinating (everything that is complicated fascinates me. It so happens that in high school, math, science and I were no great love story), emerges a sublime aura that mirrors poetry.

It can be sweet without being light, bold and yet not aggressive, a true sensory metaphor with infinite possibilities.

By the way, this is not the first time that Carven called upon this dream team. With his mentor, Jerôme had previously co-launched Carven Absolu —the perfumery’s latest women’s fragrance. A quote from the infamous Colette comes to mind, “The search for a perfume follows no other path than that of obsession…” Jerôme explains to me that the starting point was the formula of Carven pour Homme (Carven for Men); a fragrance I know very well and that I wear when I find myself going to a party. Simplicity and elegance concentrated in a single spritz.

If L’Eau Intense takes its inspiration from that, I already know that I will love it… and buy it!

A story, an inspiration.

L’Eau Intense is thus a continuation of Carven pour Homme. “The idea was to find a way to bring a new contrast, to create a new story and to bring that story to a different olfactory universe, all while keeping the central theme in line with the original.”

Pushing this contrast to the extreme, L’Eau Intense is enveloped in graphic simplicity—a crisp white front like a button-down shirt with transparent sides—all while keeping the same refined, masculine shape of the other Carven bottles.

It’s all a question of balance.  

The fashion style of Carven, is all about the ambivalence between dynamism and relaxation. On the fragrance side, there is a duality of freshness and intensity. “The trick was to create a balance, a better way to express a single message in a harmonious way.” Was this goal achieved? Without a doubt.

Pssscht (I hear as Jerôme sprays a sample). I discover the new cologne. Jerôme looks at me. What do you think? He asks. It’s good…very good! I respond and we laugh.

I learned that the development process of a fragrance can take months or even years before it is ready; depending on the degree of creativity and the challenge to deliver the end result.

With Francis Kurkudjian, the goal was to create a fragrance that was fresh and yet intense with a strong, intriguing wake. A task that took nearly 8 months to realize. “The difficulty was in finding a balance, as it is quite easy to overwhelm the senses…Finding the adequate dose so that the new aromas present themselves without the base overpowering them and vice versa.”

The olfactory oxymoron.

Grammatically speaking, an oxymoron is a figure of speech which pairs two contradictory words. To the nose, this is expressed by a note of grapefruit “with bitter, zesty facets” of Italian lemon, mint and aldehyde (such a pretty word) that give a cold effect, almost glacial “that’s for the freshness”.

For the intensity, we work with an elegant woody aroma associated with cool spices like cardamom and ginger “who round out the signature scent.” I understand that these are two very different concepts that react to create the desired olfactory oxymoron. I’m smarter now than I was in high school 🙂 Check and mate !

 

A solar perfume for a daily use

The personality of Jerôme Di Marino reflects that of his fragrance: fresh, intense yet subtle.

I ask his advice for the fragrance, the ideal moment to wear it. For the young perfumer, L’Eau Intense is a day-time fragrance, suitable for daily use, distinguished yet accessible. “That’s what gives it its charm.”

Contributor photos Jérémy Guetté
View Comments (0)

Leave a Reply

Your email address will not be published.

© 2010 UMAP. All Rights Reserved.

Scroll To Top