La Muse de Mugler 

Lors d’une soirée de lancement à l’Arc – club mythique parisien – en mars dernier, je rencontre Georgia May Jagger, fille du célèbre chanteur Mike Jagger des Rolling Stones. Elle est le visage du dernier-né des parfums Mugler : Angel Muse.

Le parfum surprend.

Déjà par sa forme ovale et arrondie, le flacon me fait penser à un galet ou à un vaisseau spatial frappé de la célèbre étoile de la Maison.

Au premier pschitt, on pense à l’iconique Angel, mais quelques instants suffisent pour comprendre qu’il s’agit en réalité d’une senteur nouvelle et inédite. On est loin des traditionnels thèmes floraux.

Thierry Mugler a imaginé avec Quentin Bisch pour Gaudivau une fragrance sucrée et magnétique aux notes explosives à base de crème de noisette et de vétiver : hmmm c’est une gourmandise olfactive.

Résultat ?

Un nouveau parfum avec une teinte ambre rosé qui renvoi à la nudité (Coucou Georgia ☺), on est dans l’air du temps. La femme Muse Angel est sensuelle, féminine, gourmande. Elle aime se faire plaisir, croque la vie à pleine dent comme elle dévorerait une boîte de cupcake Berko sans se sentir coupable! Elle est libre, elle rayonne !

Par son éclat,

Angel Muse s’inscrit dans l’histoire des parfums Mugler. « Pour faire une analogie, Angel Eau de Parfum est l’étoile alors qu’Angel Muse gravite autour de l’étoile et tourne comme autour d’une galaxie » raconte Christophe de Lataillade, directeur de la Création des Parfums Mugler.

Et comme en couture, cette nouvelle fragrance nous plonge dans l’univers onirique de la Maison où la provocation flirte avec la surprise et où le glamour est maître.

Toutefois,

Prenez garde au pouvoir de l’addiction de ce jus cosmique. Mugler l’a dit lui même « vous allez adorer détester ».

#HateToLove

Contributeur photos Jérémy Guetté

Découvrir la campagne addictive