Ces derniers temps, on me fait remarquer que j’ai perdu du poids et que j’ai meilleure mine « Merci… Avant, ce n’était pas le cas alors ? » LOL. On pense que je suis tombé dans cette mode du corps parfait. Celle où l’on aime exposer son physique sur les écrans.

Ces derniers temps, on me fait remarquer que j’ai perdu du poids et que j’ai meilleure mine « merci… Avant, ce n’était pas le cas alors ? » LOL. On pense que je suis tombé dans cette mode du corps parfait. Celle où l’on aime exposer son physique sur les écrans.

Il faut dire qu’en quelques mois, cette mode est devenue un véritable phénomène de société Outre-Atlantique. Les réseaux sociaux y sont bien entendus pour beaucoup. De Twitter à Facebook, en passant par Instagram, on assiste à un déferlement de post et de photos sur cette thématique du corps parfait et de ses attributs.

Quand je me rends à ma salle de sport, je remarque souvent ces clients, Iphone à la main, en pleine séance photo. Au début, ça me choquait, mais par la suite, en voyant mon fil d’actu Instagram ou Facebook, je me suis vite rendu compte que ce n’était pas un cas isolé.

Et il y a de quoi faire, puisqu’avec cet engouement, des programmes prétendument « taillés sur mesure » comme Freeletics émergent un peu partout sur la toile, sous forme d’applications. Puis, aujourd’hui, le must, c’est d’être inscrit à la salle de fitness et de faire le plein de protéines ! J’ai envie de dire que c’est bien joli tout ça, mais au final, on le fait dans quel but ?

Vous avez sûrement remarqué, depuis votre ordi ou votre smartphone, ces posts, ces photos de proches ou amis qui visiblement, inspirent à ce culte du corps et son mode de vie. Je pense tout particulièrement à ces photos qui défilent sur ma timeline Instagram, en mode selfie. Prises les trois-quarts du temps devant une glace où on voit l’intéressé(e) soulevant plus de la moitié de leur t-shirt pour laisser apparaitre ses tablettes – ou presque – à tous ses abonnés ! Sans oublier que toute cette exhibition est ponctuée d’hashtag du style #NoPainNoGain, #Musculation ou encore #FitnessAddict… Bonjour le risque potentiel de développer un surnarcissisme… Sans parler de cette affreuse manie d’analyser tout ce qu’on mange et boit.

J’espère ne jamais en arriver là. Car je ne me supporterai pas moi-même, comme je ne supporte pas les personnes qui sont en permanence dans l’excès et l’obsession, tout domaine confondu. Et comme je l’ai dit dans mon précédent article : « j’aime trop les bonnes choses de la vie pour m’en priver ».

Alors si j’ai décidé de faire plus d’activité physique et de manger moins gras, ce n’est pas pour suivre une tendance qui est vouée à s’essouffler, mais tout simplement parce que je veux faire attention et qu’avoir une certaine rigueur ne fait pas de mal !

Selon moi, quand on veut faire du sport et qu’on décide d’adopter une alimentation plus saine, c’est avant tout, pour se sentir bien : « Un esprit sain dans un corps sain ». Peu importe son objectif, le bien-être doit être le moteur de ses décisions. Et si on le fait dans le but d’épater sa galerie ou pour attirer les convoitises et les likes, c’est qu’on est encore loin de cette idée de la perfection.