Olivier 1383320_691493777529800_1793548925_nalias Spear O’Mic

Tu as un style vestimentaire qui suit une tendance bien définie, tu as des références?
Salut, je ne suis pas sûr d’avoir un style vestimentaire bien défini, mes influences ont toujours été plutôt urbaines, mais disons que ma femme a beaucoup contribué à ma façon de m’habiller, elle est beaucoup plus branchée que moi d’un point de vue fashion.
 
Et côté coiffure, je t’ai rarement vu (pour ne pas dire jamais), mal coiffer. C’est quoi ton secret ? 
Alors c’est très simple, je garde mes cheveux très court, de manière à ne pas avoir à les coiffer (rire), c’est beaucoup plus simple. D’ailleurs dans mon uniforme de travail je porte une casquette, alors il est évident que je ne peux pas me permettre de faire des extravagances capillaires.
 
10553340_842010465811463_6031284146675470012_nAprès pour ta condition physique, je crois que ton métier t’aide aussi à garder la forme.
Oui, il est vital dans mon métier de faire de l’exercice physique régulièrement, car nous sommes toujours assis pendant de longues heures. Pour tenir le rythme et garder la forme il faut s’astreindre à une bonne hygiène physique et alimentaire, ce qui n’est pas toujours évident…
 
 Mais à ce propos. Racontes moi comment tu as atterri là-bas ? à « 10.000 »km de Madagascar ?
Alors techniquement j’habite plutôt à 5,000Km de Madagascar dans le Moyen-Orient, dans un pays qui s’appelle le Qatar, célèbre du fait qu’il sera le premier pays de la région où se déroulera la Coupe du monde de football en 2022.
Mais si je suis venu ici il y a presque 3 ans déjà, c’était pour suivre mon rêve d’enfant, celui de piloter dans l’une des plus prestigieuse compagnie aérienne au monde. Et grâce à Dieu cela est une expérience incroyable. 
 
Tu n’as pas trop le mal du pays ? 
Bien sûr, pas seulement du pays mais surtout de ma famille et mes amis, mais je ne peux pas vraiment me plaindre car étant pilote j’ai la facilité de pouvoir revenir régulièrement.
 
Qu’est-ce qui te manque le plus?
La chose qui me manque le plus est le ravitoto de ma mère (rires) mais surtout l’ambiance en général et la vie sociale que j’avais là-bas.
 
SpearomicInsta
Parle nous de cette ville, de ce pays où tu es, ça à l’air vraiment dingue!
J’habite donc à Doha, une ville multiculturelle avec une dynamique hallucinante.  Ici le chômage n’existe pas vraiment, il y a beaucoup de jeune de tous les horizons. Par exemple dans ma compagnie, parmi le personnel navigant, il existe quasiment 200 différentes nationalités, un melting-pot inimaginable. Et cela contribue à la richesse de cette ville.  De plus, la ville se développe à une vitesse impressionnante, ce qui me donne parfois espoir pour mon pays, sachant qu’en 1995 cette ville était un petit port de pêche au milieu d’une étendue désertique. Grâce au gaz naturel ils ont réussi à se développer à la vitesse d’un bébé sous stéroïde (rires).
 
À quoi ressemble ta semaine en générale ? ton programme, tes habitudes? 
 Je vole en moyenne 1 à 2 fois par semaine. Donc je passe disons 2-3 jours en vols en moyenne, et le reste du temps je profite de ma famille, j’ai 2 enfants, une petite fille de 6 ans et un petit garçon de 3 ans. Nous allons souvent faire des sorties, cinéma, parcs, piscine… C’est un âge vraiment intéressant et je suis content d’avoir la chance de pouvoir passer du temps avec eux.
 
10716138_711016455645303_2020796638_n
Tu es quelqu’un qui a toujours aimé voyager, et qui continu d’ailleurs toujours. Quels sont tes plus beaux souvenirs ? Des lieux, des adresses, des petites anecdotes? 
 J’adore voyager en Europe en été. Sinon l’hospitalité asiatique est fantastique, et le confort des Etat-Unis est inégalable. Ma ville préférée reste Sydney en Australie. J‘aimerais avoir la chance de voyager ainsi éternellement car il y a tellement de choses uniques et irremplaçables dans chaque région. 

Les voyages t’ont sans aucun doute permis de découvrir de nouveaux plats, des saveurs atypiques et tout?
Alors je pense la nourriture asiatique reste ma favorite, ce qui me vient en premier à l’esprit est la soupe TomYum spécialité thaïlandaise, vraiment excellente avec des épices comme je les aime. Sinon j’ai toujours été un adepte de la cuisine japonaise, spécialement des sushis et des sachimis.
 
Tu as depuis longtemps séjourné à l’étranger. Pour tes études supérieures par exemple. Tu penses que ça a influencé ta manière d’être, de penser de quelques façons de ce soient ? sur la musique ?
 Evidement le fait d’avoir fait mes études en Floride a beaucoup influencé mon style en général, aussi bien artistiquement. Ce qui me plait dans le style américain c’est qui n’y a pas vraiment de snobisme, qu’importe le niveau social il existe un semblant d’égalité dans les rapports entre individus.
 
Où en es-tu aujourd’hui dans l’univers de la musique ? des projets sont en cours ? à venir ?
 Depuis 2010 Spear O’Mic est en silence radio (rires) car j’ai dû me consacrer pleinement à mon métier et ma famille. Mais je commence à reprendre le chemin des studios et j’espère produire un nouvel album prochainement, qui sera beaucoup plus sous des influences Zouk.
 
Tu as dit un jour dans une interview que tu comptais « grandir et vieillir avec la musique ». Ca doit vraiment être très important pour toi. Qu’est-ce qu’elle représente à tes yeux ?
 La musique est ma deuxième plus grande passion, avec l’aviation. Je compte bien vieillir avec elle, car le plus important dans cette vie est de vivre ses passions.  
 
Et côté perso ?
Pour te dire la vérité, je voudrais remercier le Seigneur pour être là où je suis aujourd’hui, et j’en profite aussi pour dire à tout ceux qui ont eu le courage de lire l’interview jusqu’à la fin (rires) il faut croire en ses rêves et ne jamais abandonner, il y a de la place pour tout le monde sous le soleil. Spread Love Always !
 
Merci beaucoup Spear O’mic de m’avoir accordé cette interview et content de voir que tout te réussit, continue. 
À très bientôt.
Retrouvez Spear O’Mic sur FACEBOOK
 
 

Découvrez mes voyages

TRAVEL